World of Schumi84f1™

Le temple des sports mécaniques
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Adieu et merci Raymond

Aller en bas 
AuteurMessage
schumi84f1
Maître des Lieux
schumi84f1

Nombre de messages : 1470
Pilote Préféré : Michael Schumacher
Date d'inscription : 27/10/2004

Adieu et merci Raymond Empty
MessageSujet: Adieu et merci Raymond   Adieu et merci Raymond EmptyMar 7 Déc à 22:36

L'entraîneur belge, qui avait conduit l'OM au titre européen, est mort à l'âge de 83 ans.

La décision, il y a tout juste un an, de l'Union européenne de football (UEFA) d'interdire aux entraîneurs de fumer sur le banc de touche est arrivée trop tard. On ne saura jamais comment, face à cette mesure, aurait réagi l'un des personnages les plus pittoresques qu'ait connu le championnat de France de football dans son histoire récente : Raymond Goethals est décédé, lundi 6 décembre, dans un hôpital de Bruxelles, des suites d'un cancer des intestins. Il avait 83 ans.

Sa mort a suscité de nombreuses réactions, notamment à Marseille où son souvenir est resté très vivace, onze ans après la victoire de l'OM en Ligue des champions, le premier titre européen gagné par un club français.

Avec son éternelle cigarette au coin des lèvres, sa mèche rebelle et son œil gouailleur, Raymond Goethals - dit "Raymond la Science" - avait réussi à trouver sa place dans le folklore du football marseillais. Les supporteurs phocéens croulaient de rire en l'entendant écorcher les noms de ses joueurs ou commenter ses matches sans langue de bois et avec son inimitable accent bruxellois. Malin comme un vieux singe, Raymond Goethals jouait à fond de ce personnage qui - autre mérite et pas des moindres - parvint à cohabiter pendant deux saisons et demi avec le président de l'OM de l'époque, Bernard Tapie. Arrivé à Marseille en janvier 1991 pour remplacer l'Allemand Franz Beckenbauer, "le Belge", comme l'appelait Bernard Tapie, entretint des relations souvent houleuses avec l'homme d'affaires, connu pour composer lui-même l'équipe avant les matches.

Relativement brève, la période phocéenne de Raymond Goethals (1991-1993) a été néanmoins riche en événements. Sous sa houlette, l'Olympique de Marseille a obtenu deux titres de champion de France (1991, 1992) puis un troisième qui lui sera retiré à la suite de l'affaire de corruption VA-OM.

Au cours de ces trois saisons, le Bruxellois quitta ses fonctions à deux reprises, mais fut rappelé à chaque fois pour remplacer les entraîneurs qui lui avaient succédé à la tête de l'effectif professionnel, le Croate Tomislav Ivic puis Jean Fernandez. Après la victoire européenne face au Milan AC (1-0), Raymond Goethals quitta définitivement Marseille, malgré l'insistance de Bernard Tapie.

Il regagna alors Bruxelles, la ville où il était né en 1921 et qu'il incarnait à merveille. En Belgique, son décès a été salué par la presse avec force superlatifs. "La fin du Magicien", "Une légende s'en est allée", "Une icône du foot", "M. Football tout simplement", ont titré les quotidiens belges, mardi 7 décembre, pour évoquer le décès de cet entraîneur aussi réputé que respecté dans son pays.

D'abord gardien de but (d'un niveau "acceptable", selon ses dires) de deux des clubs de la capitale belge, le Daring puis le Racing, Raymond Goethals était ensuite devenu un entraîneur à succès qui dirigea l'équipe nationale de 1968 à 1976. Sa plus belle performance à la tête des Diables rouges fut une troisième place glanée lors du championnat d'Europe 1972. Il faillit également réaliser son rêve : écarter les Pays-Bas, considérés alors comme l'une des meilleures équipes de la planète, de la Coupe du monde 1974, où Johan Cruijff et ses collègues jouèrent pourtant la finale contre l'Allemagne. Un but belge injustement refusé lors du match de qualification décisif empêcha Raymond Goethals d'arriver à ses fins. Quelques années plus tard, il passa le relais à son ami Guy Thys, qui conduisit la Belgique en demi-finales de la Coupe du monde 1986.

En tant qu'entraîneur de club, Raymond Goethals accumula les succès, se forgeant une réputation qui dépassa les étroites frontières belges. Il remporta, à Paris, la Coupe des vainqueurs de coupe 1978 avec Anderlecht, un club avec lequel il décrocha également le titre de champion de Belgique, en 1987. Entretemps, il avait conduit par deux fois, en 1982 et 1983, le Standard Liège au titre national.

A l'étranger, avant sa période marseillaise, il entraîna les Girondins de Bordeaux (en 1989 et 1990), le club portugais de Vitoria Guimaraes et fit même une incursion au Brésil, en 1980, conduisant le FC Sao Paulo au titre régional sans perdre un seul de ses dix-neuf matches. En 1991, il fut élu entraîneur européen de l'année.

C'est toutefois le succès européen de Marseille qui devait assurer au Bruxellois son statut de légende vivante dans son pays.

Les déboires que connurent ensuite le club phocéen et son président allaient tout juste rappeler à quelques-uns que le nom du "Magicien" avait été cité, en Belgique, dans deux enquêtes sur des matches truqués. La première, à la suite d'un match acheté par le Standard Liège, lui valut même un temps d'être radié à vie, bien qu'il ait toujours nié toute responsabilité dans cette affaire, même s'il reconnut ensuite avoir été au courant de ce qui se passait.

Au cours de ces dernières années, Raymond Goethals a continué à hanter toutes les tribunes du royaume de Belgique, et notamment celle d'Anderlecht. On le retrouvait tous les matins dans son bar favori, où il lisait la presse sportive avant de jouer aux cartes avec ses amis.

Après son séjour marseillais, il était devenu la principale vedette des Décodeurs de l'info, une version belge des Guignols dans laquelle il ponctuait ses discours sur l'actualité de sa formule favorite : "Tu saisis ?"

Tout le pays a réagi avec une grande émotion à la mort de son entraîneur le plus célèbre. Le premier ministre Guy Verhofstadt a évoqué la disparition d'"un homme qui va manquer, bien au-delà du monde du football". "C'est un monument, un homme possédé par le foot, un véritable maniaque du sport" qui disparaît, a estimé Aimé Anthuenis, l'actuel entraîneur des Diables rouges. "Il était le football", a résumé Georges Leekens, entraîneur du club de La Gantoise, l'un des disciples de "Raymond la Science".

Adieu et merci Raymond Spo_cdf_goethals_041207_165

_________________
Adieu et merci Raymond Schumi2sign4em7qt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://schumi84f1.skyblog.com
nolpi

nolpi

Nombre de messages : 232
Pilote Préféré : Schumi
Date d'inscription : 19/12/2004

Adieu et merci Raymond Empty
MessageSujet: Re: Adieu et merci Raymond   Adieu et merci Raymond EmptyDim 26 Déc à 15:10

On peut dire MONSIEUR AU REVOIR!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.idpz.net/nolpi/perso/ma_photo.jpg
jerem68
Invité



Adieu et merci Raymond Empty
MessageSujet: Re: Adieu et merci Raymond   Adieu et merci Raymond EmptyDim 26 Déc à 15:11

goud bye
Revenir en haut Aller en bas
kimika
Fou du Roi
kimika

Nombre de messages : 404
Pilote Préféré : Mika Hakkinen
Date d'inscription : 29/11/2004

Adieu et merci Raymond Empty
MessageSujet: Re: Adieu et merci Raymond   Adieu et merci Raymond EmptyDim 26 Déc à 15:18

En revoir Monsieur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://f14ever.skyblog.fr
Contenu sponsorisé




Adieu et merci Raymond Empty
MessageSujet: Re: Adieu et merci Raymond   Adieu et merci Raymond Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Adieu et merci Raymond
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» conte d'adieu pour un ami
» eventuelle achat d un rhino usage ?? koi verifier chez le vendeur MERCI !!
» Adieu Pierre-Jean
» Merci pour la photo :-)
» Un gros merci a nos commanditaire 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Schumi84f1™ :: Forum Pronos, Jeux & Foot :: Football -
Sauter vers: